In Memoriam Mariam KamatéIn Memoriam Mariam Kamaté

In Memoriam Mariam KamatéIn Memoriam Mariam Kamaté

IN MEMORIAM

Mariam Kamaté

 

(1982 – 2012)

 

Wij wenen om de dood van Mariam Kamaté, de onderwijzeres in onze school in Fintiguila, die plots gestorven is op 16 april 2012. Mariam was de mede-bezieler van de school, een begenadigde en uitermate toegewijde lerares, de toekomst van de school en van de kinderen. Wanneer ze met haar klas het klaslied zong (dat ze zelf gecomponeerd had), zongen de kinderen zo uit volle borst en met een uitbundige geestdrift mee, dat je er rillingen van kreeg. En vooral de meisjes aanbaden haar: het was dus toch mogelijk om als vrouw iemand te worden!… Mariam laat nu, behalve haar eigen dochtertje, 120 weeskinderen achter in het dorp

Voor de begrafenis door haar familie en vrienden in Ségou stuurden we het volgende:

Elle était la fille

D’un père adoré

D’une mère aimée.

Elle était professeur

De tout son coeur,

Douée et dévouée.

Mais avant tout,

elle était mère

de sa fille, ‘la Reine’…

Mère aussi

De tous ses élèves à Fintiguila,

Le village, qu’ elle a tant aimé.

Que peut-on faire?

Sans doute –

Ne pas oublier comment elle a vécu

Son optimisme, sa joie,

Son rire éclatant.

Merci Mariam,

Pour tout ce que vous avez donné et enseigné –

Merci pour votre vie

Merci pour vous!

 

Mali-ka-di

 

* * *

Onze vriendin Amina maakte een aangepaste vertaling in het Bamanan, de taal die in Fintiguila gesproken wordt:

Mariam

Mɔgɔɲuman den kundo.

I na fɔ a fa ni a ba, mɔgɔ ladri kundo,

Jigiamɔgɔ kundo,

Laidutiguikundo.

Danajamɔgɔkundo

Mɔgɔsuturalen kundo

Kankelentigi kundo

A na ka demisεnia, ni jogoɲuman bε kun be a la

 

Zij was het kind van goede mensen

Net zoals haar vader en moeder, was zij een wijs person

Een persoon die beschikbaar is

Een person die je kan vertrouwen

Iemand die zijn beloftes nakwam

Hoewel zij jong was, had zij die goede eigenschappen

 

Bε tese ka kε lecɔlikaramɔgɔ ye fɔ demisεnu kanu ka don i la

Mariam  kun ye karamɔgɔya  kanu ni dusu kun jεyaye.

A ka bara kun kadi a ye, a kun be a ka bara don.

A kun ye Fintigijila kalandenuw bε  kanu, ka jɔ u bε ba jɔyɔrɔla,  i nafɔ a  yεrε denmusoni “la Reine” (La rεne).

 

Niet iederen kan een leerkracht worden, daarvoor moet je van kinderen houden

Mariam hield  van lesgeven

Zij hield van haar werk en had het onder de knie

Zij hield van de kinderen van Fintiguila en was als een moeder  voor hen, net zoals  voor haar dochter “la Reine”

 

Fin kelen mi sebe anw ye sisan o ye ka anw akilito Mariam la,

ka anw akilito a ka nisonja la,

ka anw akilito a ka yεlε kan duman la,

ka anw akilito ko donkelen , a ma dusumangoya a ka barakɔrɔ.

 

Het enige wat wij nu kunnen doen is om Mariam te blijven herinneren

Te herinneren  aan haar blijheid

Te herinneren  aan haar mooie lach

Te herinneren dat zij haar werk met plezier deed.

 

Mariam i te se ka fokaban !

I ye anw dεmε ka bara ni nɔgɔya  anw bolo

Inice  i ka kεwalenyuman la,

Inice!

 

Mariam, nooit kunnen wij je genoeg bedanken

Jij hielp ons met het leren

Bedankt voor jouw kennis

Bedankt

 

Anw bε ka dubabu be i ye.

Anw yafara i ma , ala ka yafa i ma ka i fara kirakajamakan

( betekent “paix à ton âme’’)

Wij bidden voor jou…

De rest is ook een speciale uitdrukking als iemand overleed

 

 

IN MEMORIAM

Mariam Kamaté

(1982 – 2012)

On pleure pour la mort de Marian Kamaté, qui était enseignante dans notre école à Fintiguila. Elle est décédée soudainement le 16 avril 2012.

Mariam était une personne qui s’engageait à tout pouvoir pour  le meilleur avenir possible pour les  enfants et l’école. Quand elle chantait la chanson de la classe (laquelle elle à composée elle même) les enfants chantaient avec telle enthousiasme et beauté que cela nous donnait des frissons. Surtout les filles l’adoraoient: C’était donc possible  qu’une femme peut devenir quelqu’un! Marian nous laisse, à part de sa propre fille, 120 orphelins dans le village, qui porteront leur ‘maman’ dans leur coeur pour toujours.

Pour l’enterrement nous envoyions le suivant pour sa famille et amis à Ségou:

Elle était la fille

D’un père adoré

D’une mère aimée.

Elle était professeur

De tout son coeur,

Douée et dévouée.

Mais avant tout,

elle était mère

de sa fille, ‘la Reine’…

Mère aussi

De tous ses élèves à Fintiguila,

Le village, qu’ elle a tant aimé.

Que peut-on faire?

Sans doute –

Ne pas oublier comment elle a vécu

Son optimisme, sa joie,

Son rire éclatant.

Merci Mariam,

Pour tout ce que vous avez donné et enseigné –

Merci pour votre vie

Merci pour vous!

 

Mali-ka-di

 

 

IN MEMORIAM

Mariam Kamaté

(1982 – 2012)

 

We weep for the untimely and sad death of Mariam Kamaté, teacher in our school in Fintiguila, who passed away suddenly on 16 April 2012. Mariam was our companion enthusiast for the school, a specially gifted and highly dedicated teacher, the future of the school and of the children’s lives. When she sang with her class the class-song (which she had composed herself), the children sang with such exuberant enthusiasm that it made your hair stand up. And especially the girls adored and loved her: so it was possible to become somebody if you were a woman!… Mariam leaves behind, apart from her own daughter, 120 orphans in the village… We will have to take care of them.

For the funeral ceremony by her family and friends in Ségou we sent the following text:

Elle était la fille

D’un père adoré

D’une mère aimée.

Elle était professeur

De tout son coeur,

Douée et dévouée.

Mais avant tout,

elle était mère

de sa fille, ‘la Reine’…

Mère aussi

De tous ses élèves à Fintiguila,

Le village, qu’ elle a tant aimé.

Que peut-on faire?

Sans doute –

Ne pas oublier comment elle a vécu

Son optimisme, sa joie,

Son rire éclatant.

Merci Mariam,

Pour tout ce que vous avez donné et enseigné –

Merci pour votre vie

Merci pour vous!

 

Mali-ka-di

 

Geef een antwoord

Het e-mailadres wordt niet gepubliceerd. Vereiste velden zijn gemarkeerd met *